LES RAPPORTS HUMAINS ET NOTRE DIFFICULTÉ À NOUS EN SENTIR LIBRES



Retour du cours de ce dimanche 16 septembre :


"Admettons que vous sentiez : "je veux vraiment être en communion avec quelqu'un", au delà de "il m'énerve, elle me fatigue, il me vampirise, ...", la première démarche est de voir quels sont vos empêchements à l'écoute réelle et à la communion.

Vous aimeriez tellement ne pas vous mettre en colère... En même temps, vous constatez que se lèvent toujours en vous des émotions de mécontentement et de division. Il ne s'agit pas ici de vous juger mais de se comprendre.


S'exercer à être "en amour", nous l'avons tous expérimenté, du moins, en partie. Puisque c'est ce que l'on nous propose depuis la plus tendre enfance : "sois gentil avec ta soeur, aide cette dame à traverser, tu ne dois pas avoir de pensées méchantes, ne mens pas..." C'est super mais en fait on ne nous avait donné que la moitié du programme puisque peu de personnes TRANSMETTENT comment faire aller au bout de cette démarche.


Comment vous intéresser à quelqu'un alors que vous avez tellement besoin d'être écouté, compris, aimé? Par conséquent, comment vous dégager peu à peu de vos nécessités propres afin d'être disponibles pour autrui?

"Pourquoi je n'y arrive pas ????"


Parce que le mécanisme humain c'est de RE-AGIR, d'en vouloir lorsqu'une personne (par ex.) parle sur votre dos, d'en vouloir lorsque votre bien aimée ne vous aime plus, se lasse, vous trompe, en vouloir à votre frère pour ses "non coups de fils", vous inquiéter lorsque votre amie ne répond plus à vos messages... Il ou elle me dit telle parole, OUI! C'est vrai, c'est ce qu'il se passe dans les faits.


Et en fait, cet "autre et son comportement" est le grand point d'appui pour vous libérer de vous même. La libération c'est avant tout être libéré du fardeau de soi-même. "moi, on me comprend; moi, on m'admire; moi, on ne me regarde pas; moi, je vieillis, ...." Pour l'Ego, l'autre doit répondre à mon attente, doit me rendre heureux et non me gâcher la vie. Si nous comprenons que c'est cet égocentrisme qui est la prison, alors, là, L'AUTRE, à COMMENCER PAR L'ENNEMI VA DEVENIR UNE AIDE PRÉCIEUSE. LÀ, Ces "CRISES" DEVIENDRONT FORMATRICES! Humainement, je suis "perdant.e" mais en prenant le point de vue du sacré, je suis full GAGNANT.E.


Essayer maintenant de comprendre : Qu'est-ce qui me maintiens prisonnier.e de mon monde à moi? Regardez et vous verrez vos empêchements et vos refus. "Je ne suis pas dans l'accueil parce que, aujourd'hui, je suis préoccupé par moi, moi, moi. Cela n'est pas mal mais admettez-le et constatez que ceci fait partie intégrante de l'empêchement. Il est à l'origine de vos sentiments d'abandon, d'exclusion... Comment être préoccupés par nous-même (parce que s'occuper de notre Ego et de nos souffrances fait également partie de la Voie) et en même temps, être très ouverts aux autres? (Question de Fred sur le sujet)


C'est justement là votre opportunité d'expérimenter la voie du milieu. Ni être trop axé sur la problématique de votre Ego, ni être constamment trop occupé à gommer le petit moi. Découvrir le Soi se fait dans la vigilance de l'instant et dans les actes du quotidien, dans notre rapport avec la nature, avec la communauté, ... La quête ne peut pas se faire hors matière ; sur nos tapis de Yoga, avec nos superbes mantras en train de visualiser les couleurs des chakras Mais bien dans la vision claire et la responsabilisation de qui nous sommes à chaque pas.


▽▽▽▽▽▽▽▽▽▽▽▽▽▽▽▽▽▽▽▽


Causerie inspirée d'échanges entre Arnaud Desjardins et quelques pratiquants + annotation de Sandra + questions des élèves présents.


Merci au groupe, merci au lieu

0 vue