top of page
  • Photo du rédacteurAjna

La médecine du Kambo & la dépression

Le kambo est une substance naturelle qui est utilisée pour traiter de nombreuses maladies et affections par les peuples autochtones de l'Amazonie depuis des siècles. Les applications médicales traditionnelles du kambo sont nombreuses, mais elles sont souvent basées sur des propriétés antifongiques, antibactériennes et antivirales de la substance.



Qu'est-ce que le Kambo?

"Le kambo est une sécrétion cutanée de la grenouille arboricole nocturne géante, Phyllomedusa Bicolor. Le Kambo n'est pas un poison comme on le croit communément. Cette douce grenouille vert-jaune utilise cette sécrétion cutanée pour se protéger et n'a pas d'ennemis naturels. Cette grenouille est commune dans la forêt amazonienne supérieure. La grenouille est facile à attraper en imitant son appel de leurre. L'animal est ensuite fixé et stimulé avec prudence et respect, après quoi la sécrétion produite est recueillie sur une planche de bois et séchée. Ensuite, la grenouille retourne dans son habitat naturel. La grenouille n'est ensuite plus traitée pendant 2 à 3 mois. "

Erik Kamboist


Le kambo est généralement administré par l'application de sécrétions séchées de la grenouille arboricole d'Amazonie sur des points spécifiques de la peau, généralement sur les bras, les jambes ou le torse. Mais d'après Erik, avec qui je pratique la médecine Kambo, nous pouvons le faire sur les oreilles par exemple. Cette pratique est souvent appelée "vaccin de la forêt", "brûlage" ou "rituel du kambo" et peut être effectuée par des praticiens qualifiés et expérimentés, notamment un chaman.


Autel chez Erik Kamboist.



Voici quelques-unes des maladies pour lesquelles le kambo est traditionnellement utilisé :

  1. Infections : Le kambo est souvent utilisé pour traiter les infections, notamment les infections bactériennes et fongiques, ainsi que les infections virales, telles que le virus de l'herpès. Il peut aider à renforcer le système immunitaire, ce qui peut lutter contre les infections telles que Lyme par exemple.

  2. Douleur : Le kambo est également utilisé pour traiter la douleur, y compris la douleur chronique, la douleur musculaire et la douleur articulaire. Les peptides bioactifs présents dans le kambo peuvent agir comme des analgésiques naturels pour soulager la douleur.

  3. Troubles gastro-intestinaux : Le kambo est souvent utilisé pour traiter les troubles gastro-intestinaux, tels que les ulcères, la constipation, la diarrhée et la colite.

  4. Certaines maladies auto-immunes : il est utilisé dans des cas extrêmement surveillés pour traiter les maladies auto-immunes mais attention il peut y avoir un risque que le système immunitaire s'active encore plus et se retourne contre vous. (à pratiquer uniquement avec un expert)

  5. Dépression et troubles anxieux : Certaines personnes utilisent le kambo comme alternative naturelle pour traiter la dépression, l'anxiété et les troubles de l'humeur. Les peptides bioactifs peuvent aider à stimuler la production de neurotransmetteurs tels que la sérotonine, qui sont associés à une humeur positive et à une réduction de l'anxiété. Mais j'y reviendrai plus tard.


En outre, le kambo peut ne pas convenir à tout le monde et peut avoir des effets secondaires indésirables s'il est utilisé de manière incorrecte. Par conséquent, il est important de consulter un praticien qualifié et expérimenté avant d'utiliser le kambo pour traiter une maladie ou une affection.


Mon ami le seau 🤣



Pourquoi j'utilise Kambo ?


Suite à la maladie que j'ai traversé avec les prothèses mammaires, voir mon post à ce sujet, le Kambo m'a aidé (avant la maladie) à passer au travers des douleurs chroniques; et, après la maladie, à éliminer les résidus des médicaments et de l'empoisonnement dû aux poches des prothèses (je précise "poches" parce qu'elles n'étaient pas rompues dans mon cas. Et que la maladie de BII n'a pas besoin que les prothèses soient en silicone, ni de déchirure de celles-ci pour se déclarer),


J'utilise également Kambo parce que j'ai souffert de dépression (pas actuellement, Dieu merci); mais j'ai du faire face à la dépression dont une longue et sévère. Et nous savons très bien aujourd'hui que lorsque la dépression a impacté plus d'une fois un patient et sur une durée totale de 2 ans, le caractère d'évolution chronique (1) est une probabilité, impliquant des symptômes invalidants. Seuls les dépressifs le savent, mais vivre avec cela en soi c'est comme vivre avec une épée de Damocles au dessus de la tête. Je m'en préserve comme je peux !


Replaçons la dépression dans son contexte : c'est est une maladie mentale qui affecte 322 millions de personnes dans le monde soit environ 4.4 % de la population mondiale (OMS, 2015).

Elle peut se manifester sous différentes formes, notamment des sentiments de tristesse, de désespoir, de fatigue, d'envie de suicide et d'insomnies. Malheureusement, malgré l'existence de traitements médicaux conventionnels, beaucoup de personnes ne voient pas de résultats positifs ou souhaitent explorer des alternatives naturelles.

Une méthode qui a attiré l'attention récemment des chercheurs est l'utilisation de kambo pour la guérison de la dépression.


Il est important de noter que bien que le kambo soit utilisé pour traiter de nombreuses maladies et affections, son efficacité n'a pas encore été entièrement étudiée ou prouvée scientifiquement.


Voici un article sérieux de Rosa Sanchis qui semble éclairer la démarche de recherche actuelle scientifique sur le Kambo :


"Les études sur les tribus indigènes utilisant le Kambo ont commencé dans les années 1930. Mais c’est l’anthropologue et journaliste Peter Gorman qui, dans les années 1980, a documenté son expérience avec le traitement du Kambo dans son article “Making Magic” et, intéressé par l’étude de celui-ci et la promotion de l’enregistrement des premiers brevets de peptides bioactifs, envoie des échantillons de la sécrétion du Phyllomedusa Bicolour aux universités occidentales.


Le premier peptide bioactif produit par une Phillomedusa a été découvert en 1966 et depuis lors, les découvertes de ces biopeptides ont connu une croissance exponentielle jusqu’à nos jours. La recherche scientifique autour du Kambo a commencé en 1980 grâce au pharmacologue italien Vittorio Erspamer de l’Université de Rome. Il a été nommé deux fois pour le prix Nobel et est considéré comme le premier scientifique à analyser le Kambo dans un laboratoire concluant que le Kambo contient un «cocktail chimique fantastique avec des applications médicales potentielles inégalées par n’importe quel autre amphibien».


Le Kambo est administré par de petites brûlures sur la peau, déclenchant immédiatement une variété de réactions chimiques bénéfiques dans le corps humain. Le Kambo a la capacité, contrairement à beaucoup d’autres substances naturelles et pharmaceutiques, de traverser la barrière hémato-encéphalique et de produire ses effets également au niveau du cerveau. Les cellules humaines s’ouvrent elles-même aux propriétés bénéfiques du Kambo contrairement à de nombreuses substances qui sont filtrées et éliminées par le système de défense hautement intelligent du corps. Dans ce cocktail chimique, nous trouvons des peptides qui effectuent des tâches de type hormonales, tandis que d’autres apportent un soutien aux processus cellulaires vitaux (apprentissage, mémoire, métabolisme de certains neurotransmetteurs). D’autres ont un effet puissant sur les muscles gastro-intestinaux, les sécrétions gastriques et pancréatiques, la circulation sanguine et la stimulation du cortex surrénalien et de l’hypophyse et du système reproducteur, d’autres possèdent des pouvoirs analgésiques puissants. D’autres sont capables d’inhiber la croissance des cellules tumorales, et on trouve également des peptides antimicrobiens, antifongiques, antiviraux et anti-protozoaires. Cette dernière propriété ouvre une nouvelle brèche dans la lutte contre les infections bactériennes qui ont développé une résistance aux antibiotiques qui existent déjà sur le marché, en utilisant ceux-ci pour appliquer les nanotechnologies à ces biopeptides modernes.


Depuis 1966, de nombreux peptides dans la sécrétion du Kambo ont été isolés, caractérisés et synthétisés. Pour témoigner de ses propriétés médicinales, il existe plus de 70 brevets de Kambo déposés dans le monde pharmaceutique, principalement aux États-Unis.


Les principales familles de peptides bioactifs identifiés dans la sécrétion de Kambo comprennent:


La phyllomédusine – comme les tachykinines (qui agissent également comme neuropeptides) – produit une contraction au niveau du muscle lisse et augmente les sécrétions du tractus gastro-intestinal entier telles que les glandes salivaires, l’estomac, le petit et le gros intestin, le pancréas et la vésicule biliaire. Ce sont les principales parties responsables de la purge profonde produite par l’administration de Kambo.


Phyllokinine et Phyllomedusins - les deux sont des vasodilatateurs puissants, augmentant la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique pour leur propre accès aussi bien que pour celui d’autres peptides actifs. On retrouve au sein de cette famille les méduses, qui ont également des propriétés antimicrobiennes et antifongiques.


Caeruleines et Sauvagines – Ce sont des peptides avec des chaînes de 40 acides aminés avec des propriétés myotropes sur les muscles lisses, produisant une contraction du côlon et de la vessie. Ils produisent une chute de tension accompagnée d’une tachycardie. Ils stimulent le cortex surrénalien et la glande pituitaire, contribuant à une plus grande perception sensorielle et une résistance accrue. Les deux peptides possèdent un grand pouvoir analgésique, contribuant à l’augmentation de la force physique, la capacité à affronter la douleur physique, le stress, la maladie et à diminuer les symptômes de la fatigue. Dans le domaine médical, cette famille de peptides contribue à améliorer la digestion et possède des propriétés analgésiques contre la douleur dans les coliques néphrétiques, la douleur due à l’insuffisance vasculaire périphérique et la douleur tumorale.


Dermorphine et deltorphine – Ce sont de petits peptides composés de 7 acides aminés. Ce sont des agonistes sélectifs des récepteurs delta opiacés, 4000 fois plus puissants que la morphine et 40 fois plus que les endorphines endogènes.


Adenoregulins – découvert dans les années 90 par l’équipe de John Daly au National Institute of Health aux États-Unis. L’adénoréguline agit sur le corps humain par l’intermédiaire des récepteurs de l’adénosine, une composante fondamentale de tout le carburant cellulaire humain. Ces récepteurs peuvent offrir une cible pour le traitement de la dépression, des accidents vasculaires cérébraux et des maladies de perte cognitive, telles que la maladie d’Alzheimer et aussi la maladie de Parkinson.


Peptides antimicrobiens: Les dermaseptines, y compris les adénome-ongulines (avec 33 acides aminés), les plasticines et les philloseptines font partie d’une famille d’un large spectre de peptides antimicrobiens impliqués dans la défense de la peau nue des grenouilles contre l’invasion microbienne. Ce sont les premiers peptides vertébrés qui présentent des effets létaux sur les champignons filamenteux responsables des infections opportunistes sévères qui accompagnent le syndrome d’immunodéficience et l’utilisation d’agents immunosuppresseurs. Ils montrent également des effets létaux contre un large spectre de bactéries à la fois grandes et grandes, champignons, levures et protozoaires. Plusieurs années de recherches menées à l’Université de Paris ont montré que les peptides Dermaseptine B2 et B3 sont efficaces pour tuer certains types de cellules cancéreuses. La recherche à la Queens University de Belfast a récemment remporté un prix prestigieux pour son travail révolutionnaire sur le cancer et le Kambo. Son mécanisme d’action est produit en inhibant l’angiogenèse des cellules tumorales, avec une cytotoxicité sélective pour ces cellules.


Les bradykinines – telles que les phyllokinines et les tryptophilines. Ce sont des peptides de structure et de propriétés similaires à la bradykinine humaine. Ils sont des sources importantes d’étude scientifique car ils sont hypotensifs et en raison de la production de vasodilatation, de la contraction du muscle lisse non vasculaire, d’une augmentation de la perméabilité vasculaire, également liée au mécanisme de la douleur inflammatoire.


Bombesins – ces peptides stimulent la sécrétion d’acide chlorhydrique en agissant sur les cellules G de l’estomac, quel que soit le pH du milieu. Ils augmentent également la sécrétion pancréatique, l’activité myoélectrique intestinale et la contractibilité des muscles lisses.


Ceruléines – Stimule les sécrétions gastriques, biliaires et pancréatiques, et certains muscles lisses. Ils pourraient être utilisés dans l’iléus paralytique et comme un moyen de diagnostic dans le dysfonctionnement pancréatique.


Tryptophilines – sont des neuropeptides composés de 4 à 14 acides aminés, qui ouvrent de nouvelles perspectives sur le fonctionnement du cerveau humain.


Ces bio-peptides ont suscité un grand intérêt scientifique et beaucoup d’entre eux ont été synthétisés avec succès en laboratoire et brevetés. Mais jusqu’à présent, aucune de ces molécules n’a été utilisée en pratique clinique. La recherche sur les composants du Kambo continue d’évoluer pour trouver des applications cliniques dans le monde de la médecine et de la pharmacologie, et dans l’étude de nouveaux mécanismes d’action dans notre biologie humaine."

Rosa Sanchis



En résumé, Le kambo contient des peptides bioactifs qui agissent comme des analgésiques, des anti-inflammatoires et des stimulants du système immunitaire et des régulateurs du système nerveux. Il contient également des substances qui stimulent la production d'endorphines, de sérotonine et d'autres neurotransmetteurs. Ces substances peuvent donc clairement aider à soulager les symptômes de la dépression en augmentant l'humeur, en réduisant l'anxiété et en améliorant le sommeil.


Le kambo est souvent utilisé en conjonction avec d'autres pratiques de guérison, telles que la méditation, la thérapie ou les changements de style de vie. Certaines personnes rapportent des résultats positifs de l'utilisation du kambo pour la dépression, y compris une réduction des symptômes de la dépression et une augmentation de l'énergie et de la motivation. Je connais personnellement 2 grands sportifs qui utilisent Kambo 3X par an pour stimuler leurs capacités physiques.

Cependant, il est important de noter que le kambo n'est pas une cure miraculeuse et qu'il ne convient pas à tout le monde.


3 Portes de kambo. À gauche de celles-ci, il ya 5 portes à peine visibles car déjà cicatrisées en 20 jours. Cela n'est pas toujours aussi rapide, j'ai une capacité assez extraordinaire de cicatrisation.


COMMENT ÇA SE PASSE :


Une séance de kambo, peut varier dans sa forme selon la tradition ou la culture dans laquelle elle est pratiquée. Cependant, voici un aperçu général de ce à quoi vous pouvez vous attendre lors d'une séance de kambo :

  1. Préparation : Avant la séance, le praticien peut vous demander de jeûner ou de limiter votre consommation d'aliments et de boissons. Vous serez également invité à boire de grandes quantités d'eau (minimum 1,5 L pour vous hydrater.

  2. Brûlures : avec l'aide d'un fin bâtonnet en bois, vous recevrez quelques brûlures circulaires. Cela pique un peu mais c'est largement supportable et cela cicatrise en quelques jours pour certains, d'autres en quelques mois.

  3. Application de la sécrétion de la grenouille : Le praticien appliquera la sécrétion séchée sur la peau, généralement sur des points spécifiques tels que les bras, les jambes ou le torse. Il peut gratter légèrement la peau pour aider le venin à pénétrer. C'est souvent appliqué sous forme de petites boules, appelées "portes", qui sont préparées à l'avance.

  4. Réaction physique : Peu de temps après l'application, vous pouvez ressentir une sensation de chaleur ou de brûlure, ainsi que des nausées, des vertiges et une accélération du rythme cardiaque. Ces réactions physiques sont normales et font partie du processus de purification. Vous pouvez également vomir ou avoir des selles liquides, ce qui est considéré comme un nettoyage du corps.

  5. Repos : Après l'application du kambo, vous serez invité à vous reposer et à vous détendre pendant environ 20 à 40 minutes. Cela peut vous aider à mieux supporter les effets.

Ça, c'est ma tête après les pleurs et les vomissements. La tête de certains sujets peut "gonfler", mais ce n'est jamais mon cas.


Après la séance, vous devez voire une soupe pour récupérer et tapisser l'estomac. Vous pouvez vous sentir fatigué, mais vous devriez vous rétablir complètement dans les heures ou les jours qui suivent. Il est nécessaire de bien vous hydrater et de manger des aliments sains pour aider à soutenir votre corps pendant la période de récupération.


Il est important de noter que le kambo n'est pas recommandé pour tout le monde. Les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes souffrant de certaines affections médicales et les personnes prenant certains médicaments ne doivent pas utiliser le kambo. Il est également important de consulter un praticien / chaman qualifié et expérimenté pour assurer une utilisation sûre et efficace du kambo.


Je vous présente le praticien avec qui j'ai décidé de travailler pour ma santé :

parce qu'il m'a été chaleureusement recommandé,

parce qu'il est compétent,

et surtout, parce que j'ai confiance !


Erik certifié Kamboist à l'association internationale Kambo IAKP. https://iakp.org/

Voici son site où vous trouverez de plus amples informations à propos du Kambo : https://www.erikambo.be/fr


____

1. Longtemps considérée comme une affection de courte durée, souvent assimilée à un « accident de la vie » une fois la rémission obtenue, la dépression est aujourd’hui envisagée comme une maladie d’évolution chronique [34, 47]. Chacun sait en effet que près de 20 p. 100 des épisodes dépressifs ont une durée supérieure à deux ans, que 80 p. 100 d’entre eux évoluent sur un mode récurrent [42] et que l’intervalle entre les épisodes est très souvent infiltré de symptômes résiduels.

Associées à la forte prévalence vie entière des troubles dépressifs – 16,2 p. 100 pour l’épisode dépressif majeur dans la population générale américaine [47] – ces caractéristiques évolutives contribuent très largement à pérenniser les souffrances, à altérer la qualité de vie des patients, autant qu’à alourdir le coût économique et l’impact social de la dépression.

Aux États-Unis, ce coût économique (incluant les traitements, la mortalité, la morbidité et la diminution de la productivité professionnelle) a été évalué à 66,2 milliards de dollars pour l’année 2001 [34]. Par ailleurs, et selon l’Organisation mondiale de la santé, la dépression deviendra en 2020 la deuxième cause d’invalidité dans le monde, après les maladies cardiovasculaires. La dépression est, enfin, le trouble mental qui contribue le plus à la mortalité suicidaire.

En dépit de l’ampleur du problème qu’elle représente, la dépression demeure une maladie très insuffisamment traitée. On estime ainsi que moins de 10 p. 100 des sujets déprimés de la population générale reçoivent un traitement adapté [53] et que les traitements au long cours demeurent le plus souvent inadéquats [42]…


Dépression, prévention des rechutes et des récidive



Je ne suis pas thérapeute kambo. Je ne suis qu'une bénéficiaire. Ne me contactez pas pour ce soin svp. Contactez les professionnels concernés. MERCI.


Satya.


732 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page