• Ajna

HPE / HPI / ZEBRES / DOUANCE : Le surdoué est trop souvent associé à une pathologie.


Les HP se sentent souvent en décalage, différents des autres, ils ont même peur parfois d’être pris pour des fous, des instables.


Les surdoués... On entend ce terme au moins une fois par mois, non? Aujourd'hui, c'est un peu comme les Pervers Narcissiques, il y en a partout! Tout le monde connait un HP qui s'est fait testé ou qui s'est autoproclamé; c'est même devenu banal. Un peu comme si être différent était devenu une quête.



Revenons à nos moutons :

La douance, un don exceptionnel qui est parfois, à tort, associé à certaines pathologies : l'hyperactivité, le PN, les troubles borderlines, bipolaires... Mais si leur complexité, leur intensité et le sentiment d’urgence qui les habite peuvent déranger, ces trois caractéristiques constituent une grande richesse.


Certains traits de personnalité de l’adulte surdoué, peuvent être confondus avec des pathologies. Les personnes en face des surdoués ont souvent un sentiment de "trop", et en premier, surtout "le trop vite"/ "trop spontané". Ceci est dû à l’intensité particulière, à la complexité et la rapidité de la pensée des personnes surdouées. Elles sont habitées par une urgence à faire, accompagnée d’une certaine insatisfaction. Cette impatience et cette complexité dérangent, déstabilisent, mettent l’autre mal à l’aise.


D'abord et en tout premier lieu :

1. Ne vous aventurez pas dans ces étiquettes sur une personne; aimeriez-vous que l'on vous qualifie de la même chose sans un diagnostic éclairé?

2. Et ce n'est pas parce que votre psy vous a conforté dans votre idée que votre ex est un "S*** C*** de PN" que cela doit être vrai! Laissez ce C** d'Ex à sa place, c'est à dire : dans sa vie, bien au chaud avec sa nouvelle bobonne qui a pris courageusement votre place! 😇

3. Ce n'est pas parce que vous avez écouté toutes les vidéos sur YT des HP et que vous répondez "OUI" aux 40 propositions que vous êtes HP!

OK, NOUS SOMMES AU CLAIR, CONTINUONS! 🤣


Leurs réactions peuvent paraître excessives aux autres. Leurs réponses émotionnelles sont amplifiées : ils vont être hyper contents, hyper tristes, hyper en colère... Leur impatience peut aussi donner l’impression qu’ils ne tiennent pas en place, qu’il faut qu’ils aient tout, tout de suite... (comme des enfants qui ne peuvent attendre) et donc que ce sont des hyperactifs. L’intensité se traduit également dans leurs attentes envers eux-mêmes et envers les autres : ils sont très exigeants, ce qui peut rendre leurs relations difficiles. Leur entourage peut se sentir critiqué et penser qu’ils sont obsessionnels, voire maniaques. Les surdoués se voient trop régulièrement reprocher de ne pas réagir de manière « normale » et se sentent donc en décalage avec le monde extérieur. Et comme, contrairement à ce qu’on pense, ce ne sont pas des personnes imbues et sûres d’elles-mêmes ; à force de critiques, elles vont se dire que quelque chose ne va pas chez elles.


Les adultes surdoués arrivent à des conclusions de manière différente des autres et donnent des réponses inattendues, originales, qui peuvent étonner ou choquer. Aux yeux des autres, ils ont trop de pensées, réfléchissent trop vite. Ils ont des intérêts multiples, du mal à se raisonner et semblent vivre en état maniaque. L'intensité dérange. Nous avons l’habitude de fonctionner dans une certaine norme, ce qui nous rassure. Quand quelqu'un sort des grilles établies, il nous apparaît comme anormal.



La personne en état maniaque ne contrôle plus ses idées. L’adulte surdoué, lui, peut revenir sur ses pensées, les critiquer, voire les abandonner. Il maîtrise ce foisonnement d’activité cérébrale. Sa capacité à percevoir et à arriver à des conclusions rapides va parfois aussi lui donner des intuitions, qui, là encore, peuvent être mal reçues. L’entourage va souvent y voir quelque chose d’un peu surnaturel, le fruit d’une pathologie, plus que d’une excellente activité du cerveau.


Les erreurs de diagnostic sont souvent les mêmes : certains surdoués ont été identifiés à tort comme bipolaires, hyperactifs, pervers, borderline, obsessionnels compulsifs, Asperger. Leurs difficultés à avoir de bonnes relations d’amitié peuvent par exemple donner l’impression qu’ils fuient le monde. En réalité, ils ont envie d’avoir des relations, mais déçus ou blessés, certains vont se tenir à l’écart. Ceci peut donner l’impression qu’ils souffrent d’un trouble profond de la personnalité qui ne leur permet pas d’avoir des relations harmonieuses. Ceci étant, des surdoués qui ont un syndrome d’Asperger, ça existe aussi. Des surdoués sont parfois diagnostiqués borderline. Dans la mesure où ils peuvent douter d’eux et pendant un temps, adopter un faux self dans l’espoir de se faire accepter, il est possible de penser qu’ils perdent contact avec eux-mêmes et n’ont pas connaissance de qui ils sont. Mais le fonctionnement de la personnalité d’un borderline et d’un surdoué est différent. Être surdoué n’est pas une pathologie.




En quoi les trois facteurs qui peuvent être source d’erreurs de diagnostic - l’intensité, la complexité et l’urgence qui sont propres aux surdoués -, sont en réalité une richesse ?

Ce sont des atouts indéniables. Ils sont à la base de l'innovation, de la réalisation et de l'excellence. Ce sont des dons qui permettent de produire avec créativité, de pousser les limites du quotidien ; à condition que l'adulte surdoué soit conscient des excès possibles et apprenne à les maîtriser. Sans les nier, sans les sur-contrôler. Ainsi, il pourra maintenir l'énergie dans la bonne direction, atteindre ses objectifs et intensifier de façon positive ses relations avec les autres. Pour, in fine, apporter sa contribution tant souhaitée au monde dans lequel il vit.


Avec tout mon coeur.

Satya.

77 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout