▲ ▽ ABSORBTION DU "JE" ▲ ▽




«Si le monde était réel, il pourrait exister un moyen, une sorte de traitement [pour atteindre la béatitude], mais le monde étant irréel, tout ce que vous pourrez faire ne servirait à rien. Malgré tous vos efforts, vous ne distinguez qu’un chaos généralisé et vous ne pouvez pas l’arrêter, car il est dans un continuel état de flux. Cet ensemble n’est pas réel. (…)

Je ressens les choses de la vie tout comme vous. La différence se trouve dans ce que je ne ressens pas. Je n’éprouve ni peur, ni envie, ni haine, ni colère, je ne demande rien, je ne refuse rien, je ne conserve rien. Sur ces questions je ne transige pas. Peut-être est-ce la différence la plus marquante qu’il y ait entre nous. Je n’accepte pas de compromission, je suis sincère avec moi-même, alors que vous avez peur de la Réalité. Ce qui est important, ce n’est pas ce que vous faites, mais ce que vous cessez de faire.

Les gens qui entament leur cheminement spirituel sont tellement fiévreux et agités qu’il faut les tenir très occupés pour les maintenir dans la voie. Une routine absorbante leur est excellente. Avec le temps, ils se calment et abandonnent l’effort. La peau du “je” se dissout dans la paix et le silence, et l’intérieur et l’extérieur deviennent un. Il n’y a pas d’effort dans la vraie vie spirituelle.»

Nisargadatta Maharaja

0 vue