top of page
  • Photo du rédacteurAjna

LIBRE, TOTALEMENT LIBRE !

Je suis une Yogini, c'est indéniable. Mais comment je vis cela de l'intérieur?

Je considère le Yoga, l'ensemble du Yoga, les enseignements et de la voie Tantrique comme un art, une poésie et non comme une discipline; encore moins comme une voie de libération. Libération de quoi ? De moi ? Du monde ? Des vicissitudes ? Non, ne vous méprenez pas sur mes intentions lorsque je transmets ces magnifiques techniques.


Même dans les soi-disants mouvements spirituels, les divisions sociales se maintiennent, d'ailleurs ne dit-on pas "lignées" dans le jargon du Yoga ?

Les divisions hiérarchiques règnent dans ces systèmes... On se travesti en Maître ou en initié, en élève, en novice ou encore en prétendant disciple. Cette soif est manifeste de placements dans le système spirituel. Cela est, pour moi, le signe d'un manque, d'un vide à combler. Un signe clair d'un manque de clarté à l'intérieur : je ne sens pas ma place dans le monde, la société ou encore, je ne désire pas faire partie de cette société alors je vais me foutre dans un autre système où j' (on) arrive à me faire croire que j'ai une place; "ici, on me dit que ma place est disciple et que si je mets en place ceci ou cela j'obtiendrai une meilleure place. Alors, cela nourrit l'illusion de mon bien-être !"... Pour un temps!


Lorsque cette soif de distinction se répète dans un monde où les distinctions n'ont aucun sens, nous voyons comme nous sommes profondément conditionnés par nos appétits inlassables. Si nous ne comprenons pas ces désirs, il est absolument inutile de chercher à être libéré de l’orgueil. Soyez honnêtes ! Par quel désir arrivez-vous dans la voie? Qu'est-ce qui vous pousse à suivre pendant 3-6-12-24 années l'enseignement? Pourquoi cherchez-vous un maître et un grand de préférence?


Nous choisissons nos leaders qu'ils soient politiques ou spirituels en fonction de notre propre confusion, aussi sont-ils également en pleine confusion (et nous ne manquons pas d'exemples, ni en politique, ni dans le monde spirituel). Et nous arrivons dans la voie car nous désirons ardemment être protégé, aimé, cajolé, encouragé et récompensé; aussi choisissons-nous un enseignant, un maître, une voie pour recevoir tout cela. Nous ne recherchons pas les vérités multi-dimensionnelles mais LA VERITE qui mettra une bonne fois pour toute de la clarté dans notre bric-à-brac humain. Nous cherchons la récompense ultime. En avez-vous croisé, des personnes qui l'ont trouvée et qui sont réellement en paix? Qui sont à l'abri de la vie?


Quel est le moyen par lequel nous allons chercher LA VERITE? C'est la sensation.

Ça vous parait étrange que j'évoque la sensation? Réfléchissez bien. Ce que je constate chez chaque personne qui vient me voir en séance ou dans le Yoga c'est qu'il ou elle voudrait voir, sentir, toucher, goûter, entendre le divin à travers son corps. Vous êtes avides de sensations. Vous êtes avides de vos propres vies, de vos propres jardins, de votre sexualité, de votre acceptation à être multiples. Comme il est étrange de voir les disciples malmenés et guidés avec douceur ou avec brutalité. J'ai même souvent pensé, comme beaucoup de disciples que les mauvais traitements faisaient partie de mon entraînement à l'accomplissement spirituel. Le désir d’être secoué fait partie du plaisir du maître à malmener l'autre, à utiliser le pouvoir ; et de cette dégradation mutuelle du maître et du disciple, résulte l'avidité de sensations.


C’est donc essentiellement dans un but d'auto-starification que nous créons des Maîtres ; et nous nous sentons brouillé, désemparé et inquiet lorsque le moi est nié. La voie ne sera pas un doudou.


Si vous n’avez pas de contact physique direct avec un maître, vous en imaginez un qui se trouve très loin, caché et mystérieux. Votre choix va dépendre de divers influences physiques et psycho-émotionnelles basé sur vos manques. Il va être un choix non libre car l’autre (le Guru) est une projection du moi, un idéal fabriqué de toutes pièces.



Un autre, si grand soit-il, peut-il réellement vous aider à provoquer une transformation en vous ? S’il le peut, vous n’êtes pas transformé ; vous êtes simplement dominé, influencé. Vous n'êtes pas libre ! Cette influence peut durer un temps considérable, mais vous n’êtes pas transformé, ni libre. Vous avez été vaincu ; et que vous ayez été vaincu par un évènement de la vie ou par une soi-disant influence spirituelle, vous êtes toujours un.e esclave, vous n’êtes pas libre.

Nous, les humains, aimons la servilité, nous aimons être emporté par quelqu’un, par quelque chose, par un maître ou toute autre personne, parce que nous trouvons une sécurité dans cette possession ; le maître, l'amoureux, la passion devient le doudou tant rêvé. La possession ne délivre pas de l’avidité, ni du manque!


C'est violent, je sais, je mets de la confusion dans certains esprits ...

Une fois que vous avez pris conscience de ce qui est, même à contrecœur, même avec vos résistances et que vous le refuser à cause de vos engagements spirituels, la contradiction se manifeste et elle est de plus en plus présente en vous. Cette contradiction est dualité. La vie elle-même, est et sera dualité, ne fuyez pas devant une telle diversité.

Il n’est pas possible de concilier les contraires ; si vous conciliez les contraires, il y a résistance, désir de suivre une voie et on est reparti dans le cercle non vertueux de la non-liberté. Ce n’est que dans la compréhension de ce qui est qu’on est délivré de ce qui est.


C’est parce que vous réclamez des sensations plus fortes que vous vous faites disciple et ainsi vous créez un grand-gourou (kangourou 🤣) ; et pour cette nouvelle vie, cette renaissance, cette libération de la souffrance, vous vous sacrifiez, vous tolérez l’inconfort et les découragements. Tout cela fait partie d’une exploitation humaine mutuelle, ça n’a rien à voir avec la vérité ultime, ni encore à la libération et ne vous conduira jamais à votre plein potentiel d'humain en quête de vivre sa vie.


Je tiens à souligner que cet article n'a pas l'intention de salir la magie et le mysticisme du Yoga, ni encore les enseignants, ni les Maîtres que j'ai pu rencontrer et que je porte dans mon coeur; il est juste un point de vue nourri par mes années de vie avec le Yoga et les enseignements.


101 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout
bottom of page