top of page
  • Photo du rédacteurAjna

Le Joyeux Bordel

"Le tantrisme n'est pas un bordel joyeux libre de toute responsabilité car toute forme de création engendre inévitablement une conséquence."

Ceci est appelé communément la loi de cause à effet.

Définissons dans un premier temps "création": lorsque je parle de création, je pense aussi bien à la création d'un projet, d'une œuvre d'art, d'une relation, d'une entreprise ou encore d'investissements financiers, etc... .

Avec le temps et les expériences, nous comprenons bien que nous n'avons pas la main sur les événements de notre vie. Certains pensent maîtriser et orienter parfaitement leurs voiles. Mais je suis intimement convaincue que lorsque notre corps, notre cœur et notre conscience "prennent une orientation" de concert, cela provient d'un élan spontané, et non d'un choix mûrement réfléchi". Nous disons "Oui ou Non" parce que c'est « ce Oui ou ce Non" qui s'impose de lui-même. Et lorsque nous pensons avoir bien réfléchi, en fait nous avons souvent "intellectualisé" la question. Nous avons fait et refait tous les scénarios possibles dans notre tête mais il est évident que nous n'aurons jamais assez d'imagination pour penser le réel du futur que nous créons en cet instant précis. Toutefois, des nuances existent avant de nous arrêter là, j'y reviendrai plus tard.



Maintenant que nous avons défini "Création", j'aimerais définir avec vous : "conséquence". Pour moi, aujourd'hui et dans le contexte de cet article, la conséquence exprime que chaque chose, chaque relation, chaque lien, chaque branche que nous faisons pousser va nécessiter une attention dans le futur.

Les Gunas (les cordes en traduction littérale) et la Trimurti (la trinité) dans la tradition indienne en parlent très bien. La Création entière est conditionnée par les Gunas et la Trimurti. Elles définissent des qualités qui nous attachent au monde matériel comme les ficelles des marionnettes. Nos actions, nos pensées et nos modes de vie vont déterminer l’influence de telle ou telle corde.


Les noms des gunas** sont : SATTVA : l’amour, l’équilibre, la pureté en lien avec VISHNU. RAJAS : l’énergie, la passion, la communication, la ferveur, la force, le désir en lien avec BRAHMA. TAMAS : l’inertie, la destruction, la lourdeur, l’ignorance en lien avec SHIVA.

**Vous trouverez des informations supplémentaires dans la Bhagavad Gita, un traité védique primordial pour les Yogis. On y parle des Gunas dans le chapitre 14 (14.6 de sattva, 14.7 de rajas et 14.8 de tamas).


Nous savons finalement peu de choses sur ce que la vie nous réserve mais une des lois fondamentales et naturelles figurent parmi les plus importantes, et la voici : "Rien n'est éternel, tout se réinvente chaque seconde."

Tant que nous sommes au stade de l'humain, nous vivons dans une éternelle impermanence des choses couplée à un doute éternel et donc une insondable attente inqualifiable (à ce sujet, Jacqueline Kelen en parle très bien dans son ouvrage « La grandeur de l’attente »).


Nous voulons une plante, un chien, un poste dans cette boite, nous voulons devenir enseignant chaman, enseignant ou encore pompier? Nous voulons nous investir dans cette association professionnelle? Nous rêvons d'être aimé? Nous désirons ardemment rencontrer Dieu?

Nous avons toutes et tous désiré, engendré et créé des choses dont nous avons voulu ensuite nous séparer et nous débarrasser. C'est d'une banalité sans nom n'est-ce pas? Aussi, nous avons tous des talents qui s'expriment peut-être plus particulièrement dans certains stades de création et donc inévitablement de l'engagement, parce qu'en effet, je pense que créer c'est pouvoir s'engager pleinement pour pouvoir "entretenir", "prendre soin" et "faire fleurir". Je vais prendre l'exemple le plus parlant pour illustrer l'idée. Je vous demande d'imaginer, quelle que soit votre position actuelle, la conséquence sur le désir, la création et, ensuite, sur le travail quotidien et l'engagement qu'est de vouloir et devenir un parent. Imaginez un monde où tous les papas et où toutes les mamans auraient abandonné leurs enfants? Un monde où l'engagement aurait disparu? Je sais que vous avez bien vu le bordel dont je parle… Continuons et bondissons vers la suite !


En somme, certains auront plus de facilités pour commencer les entreprises, qu'elles soient professionnelles, spirituelles ou relationnelles. Pour d'autres, ils focaliseront leur énergie à pérenniser leurs créations et d'autres encore mettront plus facilement un terme, laisseront dériver, détruiront. Attention, aucune de ces qualités ou Gunas ne sont positives ou négatives, ni encore moyennes, elles ont chacune leur rôle dans le processus de mouvement qu’est la vie. Il n'y a donc pas de gommettes vertes à obtenir.

Nous faisons ce que nous pouvons, avec ce que nous sommes : bien sûr ! Toutefois, je suis certaine que nous pouvons parfois pousser légèrement la machine en gardant à l'esprit que nous vivons entourés des autres et de la nature, qui, eux-mêmes sont animés de leurs propres Gunas. C’est de notre devoir d’être attentifs.

C'est pourquoi la conscience sur les causes et ses effets va être d'une importance capitale dans la voie spirituelle.

Car quand bien même nous aurons progressé en tant qu'humain sur la voie, nous resterons des êtres composés d'enfantillages égotiques : cet enfant de 2, 3 ou 4 ans est présent en nous quoi qu'on en dise et quoi que l'on croie de nous. Ce petit être n'évolue pas, il ne mûrit pas, il reste là et il manifeste à certains moments d'inconforts son incapacité à avoir un comportement raisonné et raisonnable. Néanmoins, en poursuivant nos efforts à nous observer plus sérieusement, l'enfant jouera un rôle de moins en moins imposant dans nos existences.

Arnaud Desjardins (inspiré de l'enseignement de Swami Prajnanpad) dit à ce sujet : "Votre progrès, c'est la manière dont vous allez vous situer par rapport à cet enfant. Pour lui, certaines situations seront toujours insupportables, en ce sens que s'il est marqué par un abandon, tout signe actuel d'abandon touchera toujours une plaie à vif. Le symptôme d'aujourd'hui va être interprété émotionnellement et mentalement par l'enfant. C'est l'appréciation par un cerveau et un cœur puérils d'une situation présente, c'est-à-dire une vision – erronée, certes, mais qui s'impose – de la réalité à laquelle l'enfant donne inévitablement un contenu menaçant, déchirant, intolérable.


Ne tentez pas cette acrobatie qui consisterait à ce que l'enfant en vous accepte ce qu'en aucun cas il n'acceptera, ce qu'il ne pourra jamais accepter, cet enfant dont la définition est de ne pouvoir que refuser. Cherchez en tant qu'adultes à vous dissocier de l'enfant (sans l'abattre, ni le nier). Considérez qu'il y a en vous deux lieux psychologiques, deux manières de vous situer, l'une qui est l'enfant, avec ses émotions douloureuses, l'autre qui est l'adulte, lequel est détendu, à l'aise, en paix. Ces deux mondes sont complètement différents mais il est possible de passer de l'un à l'autre.


La question n'est donc pas de faire grandir l'enfant mais de dissocier l'adulte de l'enfant. Ou, autre manière d'exprimer la même idée : on ne guérit pas les empreintes passées, on en émerge.


« Dissociate adult and child », disait Swâmiji. « Dissociez l’adulte et l’enfant. » Lorsque Swâmiji a dit ceci, j’ai commencé par tiquer, comme je le faisais souvent : « Ah ! encore une dualité, s’il y a l’enfant et l’adulte, ça fait deux... » Non. Ça ne fait pas deux. Parce qu’aujourd’hui, ce qui est vraiment réel, c’est l’adulte qui voit les choses telles qu’elles sont et que l’enfant, lui, appartient au passé : vous n’avez plus trois ans, vous n’avez plus deux ans et demi. Si vous pouvez dissocier en vous l’adulte et l’enfant, vous pourrez être vraiment dans le monde réel, ici et maintenant, et pas dans le monde recouvert par les projections de l’enfant."


*«Les formules de Swâmi Prajnânpad», commentées par Arnaud Desjardins (Ed. La table ronde)

En conclusion, il est indéniable que toute forme de création entraîne des conséquences, conformément à la loi de cause à effet. Que ce soit la création d'un projet, d'une œuvre d'art, d'une relation ou d'une entreprise, chaque acte de création engendre des résultats qui demandent notre attention, notre responsabilité et notre engagement futurs.

Il est important de prendre conscience des causes et de leurs effets, en particulier si vous désirez cheminer humainement et spirituellement. Prendre conscience c'est observer attentivement nos réactions infantiles. Nous pouvons réduire l'influence de cet enfant intérieur, réduire nos projections sur ce que nous croyons que les autres pensent et nous positionner en tant qu'adulte détendu, en paix et en phase avec la réalité présente. En dissociant l'adulte de l'enfant, nous pouvons émerger des empreintes passées et être pleinement présents dans le monde réel, libérés des projections que fait sans cesse l'enfant en insécurité que nous sommes encore.


En définitive, la création et ses conséquences sont intrinsèquement liées, et notre compréhension de cette relation complexe nous permet d'entretenir, de prendre soin et de faire fleurir ce que nous créons dans notre vie.


Om Satya

Images : la Trimurti - artiste non mentionné - pinterest.

_______________

INFOS :


YOGA

🧘🏼‍♂️ 9 JUILLET 2023 DE 9H à 12H30

PAF : 30€

🧘🏼‍♂️ 13 AOUT 2023 (journée exceptionnelle de 9h à 17H)

AUBERGE ESPAGNOLE

BALADE ENCHANTÉE

PAF : 90€


Reprise en septembre :

La reprise des cours hebdomadaires de Natha Yoga se fera le 4 septembre. Ce cours, d'1H30 aura lieu de 18H30 à 20H, tous les lundis, à la Yourte de Faulx-les-Tombes (10, Trou renard 5340 Faulx-les-Tombes - Gesves).

Inscriptions et achat carte de 10 cours (à partir du 10 août sur le site).


Le 28 juillet de 18H30 à tard dans la nuit

PAF : 90€




88 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page