top of page
  • Photo du rédacteurAjna

La guérison ne s'achète pas !

Si le thérapeute se place dans un rôle d'accompagnant (accompagnant des personnes sensibles, des plus faibles, des personnes en difficultés) c'est bien évidemment parce que le thérapeute est lui-même porteur de sensibilité. Sinon comment pourrait-il entendre vos larmes ?


Mais "entendre" la sensibilité du receveur n'est pas le bercer d'illusion sur le processus de guérison ; car accompagner les receveurs en nourrissant les systèmes inconscients conduisants à la souffrance émotionnelle, ou encore accompagner en donnant à manger aux enfants intérieurs qui peinent à survivre n'est pas accompagner valablement. Pour moi, c'est continuer à créer l'ornière du receveur dans laquelle il est peut-être embourbé depuis des années.


Pensez-vous qu'une guérison absolue et définitive peut vraiment émerger de ce vacarme qu'est la course aux techniques de développement personnel et/ou spirituel? Que désirez-vous vraiment? Est-ce le besoin d'être rassurés, bousculés, bercés (même parfois d'illusions)?

Il y a-t-il quelque chose que la vie n'offre pas d'elle-même naturellement et gratuitement ?


Et si on pensait la guérison et le travail thérapeutique autrement. Ce fameux passage dans la 5D (mais qu'est ce que c'est ce truc 😅?) que certains d'entres-vous attendent nécessite peut-être que vous remarchiez vraiment dans le sol de notre terre et que vous vous remettiez en marche.


Nous voulons guérir quand cela nous chante, quand nous décidons, nous n'attendons plus que la vie s'en charge. Oui, parce que même en ce qui concerne la guérison, nous voudrions la contrôler, l'acheter et décider jusqu'à quand nos crises peuvent ou ne peuvent plus s'exprimer. Vous courez de retraite en retraites, de thérapeutes en thérapeutes en espérant y mettre un terme... sauf que la souffrance est aussi la vie. L'humain y est soumis comme il est soumis aux cycles.

Non, la guérison ne s'achète pas.




Pour continuer à exister en tant que thérapeute aujourd'hui, dans cette vaste jungle du mieux-être je veux guider en me sentant légitime, je veux accompagner thérapeutiquement et avec éthique. Et, pour moi, c'est guider le receveur vers la clarté d'esprit avec la plus grande honnêteté possible.

La clarté d'esprit c'est lorsque l'on voit son système très clairement et lorsque l'on a une liberté d'action sur soi (faire des choix en conscience et ne plus subir son système de survie - ego). Personnellement, je crois que l'humain a une marge de manoeuvre de 10 à 20% sur son système de survie, ce qui est déjà un merveilleux point de levier!

Ce qui va rassurer le système inconscient, c'est lorsque le thérapeute met l'accent sur les 10 à 20% de marges du receveur et que le receveur perçoit cet espace de levier en lui-même. Il va lui permettre d'actionner un pas de côté, en dehors de l'ornière dans laquelle il a pris l'habitude de marcher, et, ainsi de cesser de creuser pour aller créer un nouveau chemin. Il ne sera pas forcément mieux d'emblée mais il aura le mérite d'être différent et d'être créatif, source de renouvellement.


"Lorsque le thérapeute aura enfin exterminé sa volonté absolue de guérir l'autre, il pourra commencer à éthiquement jouer son rôle d'accompagnant."


Satya.



72 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page